Le château-fort

Dans une ancienne chronique, je plaisantais sur le port quasi obligatoire d’armures métalliques pour se protéger des ondes. La technologie a évolué et les cottes de maille lourdes et encombrantes ont fait place à des voiles ou des toiles blindées plus légères. Pour se protéger, nos ancêtres se réfugiaient dans des châteaux fort bardés d’épaisses murailles pour se protéger des assaillants. Au fur et à mesure des progrets technologiques dans l’art de la guerre, les murailles et l’architecture étaient de plus en plus complexes. De simples javelots, on est passé aux catapultes et puis aux canons rendant inutiles ces protections en pierre du pays. Il a fallu l’arrivée de Vauban pour mettre au point des formes capables de dissuader l’adversaire.
L’EHS se retrouve dans le même cas d’espèce par rapport à l’agresseur extérieur. Cet agresseur a pris la forme d’ondes émises par le WIFI du voisin ou les antennes les plus proches. Les murs de la maison ne suffisent plus à se protéger et de nouvelles techniques sont à utiliser pour dissuader l’ennemi de pénétrer sans invitation dans le logis.
Comme EHS expérimenté, nous avons appris à connaître ces moyens de protection comme peinture spéciale, voiles, toiles, …. Seulement, chaque agresseur a ses particularités et toutes les défenses ne se valent pas. Il faut donc d’abord connaître l’ennemi pour faire les bons choix de défense. Le moyen a notre disposition pour identifier l’ennemi est l’appareil de mesure adapté à la recherche effectuée.
Il faut bien entendu avoir déjà éliminé les espions qui se sont introduits subreptissement dans votre demeure et enfin mesurer ce qui vient de l’extérieur. Alors vous pourrez faire la différence entre les javelots et les boulets et choisir en connaissance de cause la bonne protection.
Certains obus sont trop puissants pour une simple muraille et il faudra peut-être envisager la double muraille ou déménager.